2019 – Les images intérieures

Ce qui se rapporte au désir et aux nécessités s’articule aux images intérieures que nous portons et que nous produisons. Que ce soit avec la réalité ou dans le rêve l’esprit incline vers ce que veut le corps à travers l’attrait ou le repoussoir des images. Incidemment, inconsciemment, ces images mentales nous guident, nous motivent ou nous empêchent selon qu’elles répondent à des idéaux, à des manques ou à des craintes. Des images intérieures donc, mouvantes et par nature impalpables, que l’on ne peut partager que par l’évocation, la métaphore et l’histoire, par l’invisibilité et l’abstraction.⁣
⁣Si la littérature et la musique font naître en nous de nombreuses images sans qu’il soit besoin de les solliciter, la photographie est prise quant à elle dans une sorte de paradoxe : exprimer l’indicible par le visible ; l’indicible soit la porte d’accès à l’invisible. ⁣

 

 

i i 1

 

i i

i|i.01 – Fil / Tirage pur platine sur fil de soie natuelle – 160x110 cm (avec et sans cadre)
i|i.01 – Fil / Tirage pur platine sur fil de soie natuelle – 160x110 cm (détail)

Lʼinvisibilité est première, elle précède la naissance et soutient lʼinconnu. Le temps de la vie est de cette nature, associant les certitudes dʼun commencement et dʼune fin, à lʼinconnu des actes qui le ponctueront. L’oeuvre d’art dessine les contours de ce qui n’est pas ou n’est plus, et qui par là fait silence. A l'image de la vie, la parole et l’oeuvre sourdent du silence et retournent au silence, elles n’en marquent que davantage la réalité de leur empreinte singulière.

 

i i.C

 i|i.02 – Capture d'écran analogique d'une succession de 200 visages / Tirage platine-palladium sur papier coton, 106x133 cm

La vision vise l’indivision, quand l’invisible divise. L’impact visuel ou imaginaire des images est souvent si puissant qu’il peut engendrer chez le lecteur l’illusion d’une solution ou d’une délivrance possible. En chevillant leur propos à une conclusion opportune, certaines images tentent d’abolir le vide et annihile le désir de savoir. En tant que telle, l’image d’un être ou d’une chose n’en dit pas la vérité, moins encore si elle est attendue. L’image est une tentative qui expose à sa manière l’insuccès intrinsèque du dire, ce qu’elle réussit est un ‘essai’.⁣⁣⁣⁣⁣⁣

 

 i i 2

i|i.03 – Origine / Suie bistre et argyrotype viré au palladium – Papier perdu, 65x80 cm

Les hommes traçaient des lignes et des traits sur les pierres et les parois rocheuses bien avant les premières représentations connues ; l’origine des images va d’abord de l’abstraction à la figuration. Comme le passage du son au langage parlé, ou celui du symbole à la lettre, puis du mot à l’écrit, on peut imaginer quelle découverte et quel éveil furent pour l’esprit la création des premières images. Et de quelle nécessité, et pour quelle direction ? Sinon d’aller toujours plus loin dans la tentative d’exprimer l’indicible et de s’approcher au plus prés de ce qui en fait l’objet.

 

 i i 3

i|i.05 – Ombre solarisée / Tirage platine-palladium sur papier coton, 110x141 cm

« La jeune fille ne tient pas son amant entre ses bras. Dans sa main droite elle tient un fragment de braise éteinte. Dans sa main gauche, dans l'obscurité de la nuit, elle avance une lampe à huile qui fume. Soudain elle lève la flamme au-dessus de ses yeux en sorte de projeter l'ombre de ce qu'elle voit derrière ce qu'elle voit. Elle ne caresse ni ne presse contre elle le volume de son corps. Elle délimite soigneusement, avec son charbon, le contour de cette répercussion obscure sur la surface de la paroi. Elle ne jouit pas de lui; elle ne profite pas de sa présence ; elle n'est même plus avec lui ; elle le voit absent; elle le regrette; elle désire cet homme; elle le rêve. » (P. Quignard, Sur l’image qui manque à nos jours).